Les avancées de la recherche
m’ont permis de continuer à vivre.

— Nicole Courchesne

Nicole Courchesne, patiente et Amélie Valcourt, son infirmière de recherche

de petits miracles

Bronchite, pneumonie? Lorsque Nicole Courchesne, 53 ans, se présente à l’urgence de l’Hôpital Charles-Le Moyne pour des problèmes respiratoires, elle n’a alors aucune idée ce qui l’attend…

«À ce moment-là, je me disais que c’était beaucoup de temps perdu pour ce que je croyais être une simple bronchite!

J’étais seule dans la cabine #8 lorsque la pneumologue est entrée. J’avais dit à mon mari d’aller au garage en attendant… Ça allait sûrement être long! 

J’étais seule quand j’ai appris qu’une masse grosse comme une clémentine était présente sur mon poumon gauche.

J’étais seule quand j’ai appris que c’était un cancer de stade 4 et qu’il était incurable.

Lorsqu’un médecin prononce le mot ‘incurable’, on ne veut pas l’entendre. C’est comme une balle en plein front. On veut une solution. Et dans mon cas, cette solution a pris la forme de l’immunothérapie. J’étais admissible à un programme de recherche. J’ai tout de suite accepté.

5 années, 35 traitements et une lobectomie plus tard, le résultat a déjoué tous les pronostics et a été… miraculeux! De mon cancer, il ne reste plus aucune trace.»

C’est grâce à vous que des miracles comme ceux-là se produisent! Vous offrez un cadeau inestimable à des patients comme Nicole.

Merci de votre générosité qui adoucit des parcours de maladie aussi difficiles. Qui donne un espoir de guérison à tant de patients! Vous sauvez des vies.